C’est quoi être une femme ? On s’interroge sur les dictas et les droits qui jalonnent la vie des femmes assignées comme tel à la naissance 🙂 Bonne écoute !

Suivez-moi sur votre application de podcast préférée

Et pour ceux qui préfèrent lire...

C’est quoi être une femme ? Avoir de longs cheveux, la peau douce et une vulve ? Et même si l’on coche ses trois cases, sommes-nous femmes pour autant ? Qu’en est-il de nous en tant que personne ? En tant qu’être humain ? N’avons-nous pas notre mot à dire sur ce qui fait le fondement de notre identité ? Pourquoi une fois que nous sommes assimilées femme, nous éduque-t-on différemment des hommes ? Pourquoi ne nous enseigne-t-on pas le courage, l’ambition, la confiance en soi ? Pourquoi cette éducation genrée, alors que chaque humain est différent, a des capacités différentes, et une vie différente ? A-t-on vraiment besoin que le rose et le bleu soit autant lié à un sexe ? Et pour ceux qui ne se retrouvent ni dans l’un ni dans l’autre ? On ferme les yeux, on les ignore, ou on les force à choisir ? Pourquoi ne pouvons-nous pas être simplement des êtres humains, sans jugement de valeur sur notre sexe biologique et notre genre ? Pourquoi éduquer les femmes dans l’attende du prince charmant, la confrontation avec ses sœurs, et la peur de vieillir et perdre sa beauté ? Et cette phrase si souvent répétée : Il faut souffrir pour être belle… Pourquoi devrions-nous plaire ? Pour satisfaire la gent masculine ? En quel honneur ? Si je veux être belle, c’est avant tout pour moi. Si je souffre de ma main, de mon fait, c’est pour moi. Pour personne d’autre. Si je veux aimer le bleu et détester le rose, j’ai le droit. Si je veux arrêter de me taire et exposer mes idées, j’ai le droit. Si me plaire et prendre soin de moi signifie arrêter de me torturer pour tenter de ressembler à un standard de beauté inatteignable, j’ai le droit, tout comme j’ai le droit de continuer à le faire, si cela me plait. C’est mon corps, mon genre. Il n’appartient à personne d’autre que moi-même. J’ai tous les droits dessus. Si je décide que je suis une femme, alors je suis une femme. Que je sois en pantalon ou en jupe, maquillée ou non, les cheveux rasés ou longs jusqu’au pied, avec des poils ou bien épilée, avec ma force de caractère ou ma timidité. Je suis une femme non pas parce que l’on me désigne comme tel. Je suis une femme parce que je le décide.

Catégories : Podcast

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.