Texte finaliste du concours Lecture en tête :
L'Après

Édition 2021

   Tout était gris. Le sol, le ciel, la mer… le monde. Tout était allé trop vite. La fin était allée trop vite. La guerre avait débuté on ne sait où, on ne sait quand. Des maladies s’étaient répandues sur le monde tel des virus invisibles… inconnus. Les humains qui s’étaient fait augmenter par la technologie s’étaient un jour réveillés assujettis, ne maitrisant plus leur corps… désormais spectateurs des massacres qu’ils commettaient. Les hommes, encore maîtres de leur enveloppe charnelle, étaient tracés dans leurs moindres faits et gestes, analysés à chaque instant, remis sur le droit chemin ou exterminés en cas de comportements divergents. Tout était maitrisé par les intelligences artificielles qui régissaient le monde. L’humanité avait placé son sort dans des lignes de codes… Et elle en payait le prix.
Tout s’est rapidement enchainé : restrictions des libertés, terrorismes, expériences génétiques, frappes nucléaires, éviction d’air… Jusqu’à l’implosion.
Kira avait décidé.
Kira, l’intelligence artificielle à laquelle toutes les autres IA étaient reliées, avait décidé, on ne sait comment, d’éteindre l’humanité. Et ce fut l’ultime décision. Moins d’une milliseconde plus tard, les voitures aériennes s’écrasaient dans les immeubles et quartiers partout dans le monde. Toutes les données présentes sur le réseau étaient effacées. Les cyborgs s’arrêtaient à jamais, les humains reliés au réseau mère par leur Hôte mouraient. Tous. En même temps. Le monde s’était effondré en moins d’une milliseconde. Kira avec eux. Et désormais, tout était gris.

Deux Âmes pénètrent sur un ancien site sécurisé.
–   Tu es sûr de toi, Ned ?
–   J’en suis certain. Allons-y vite.
–   On ne sait pas ce qu’il pourrait se passer. On ne sait même pas si ces informations sont vraies.
–   Ise… Il faut tenter le tout pour le tout.
Ils se retrouvent devant une porte blindée surmontée d’une caméra. Ils le savent, la caméra est hors d’usage, comme toute l’électronique du bâtiment. Ils tentent d’enfoncer la porte… sans succès. Ils grimpent sur le bâtiment avec précipitation, espérant atteindre depuis le toit le système d’aération pour se rendre à l’intérieur. Une fois là-haut, ils s’aperçoivent qu’une navette aérienne s’est écrasée sur la base, leur laissant le champ libre pour pénétrer dedans. Ils se glissent à l’intérieur en hâte, tout en faisant attention à là où ils mettent les pieds. Dedans, le noir règne. Seuls les fissures et le trou causé par l’impact laissent filtrer un peu de la lumière extérieure. Pas assez pour y voir clair. Ned et Ise sortent chacun de leurs sacs un bocal contenant une aqualuze, algue luminescente qui éclaire faiblement autour d’elle d’une lumière bleutée. De longs couloirs donnant sur des portes vitrées, fermées ou explosées au sol, s’éclaircissent peu à peu devant leurs yeux. Les deux Âmes avancent en vitesse, jetant un regard à travers chacune des pièces, faisant attention à ne pas marcher sur du verre, ou sur les corps inertes tordus au sol.

   Au bout d’un certain temps, l’écho d’un cri résonne dans la base. Ise lance à Ned un regard inquiet. Ce dernier, pris d’un élan d’espoir, accélère encore le pas en direction du bruit. Tout n’est peut-être pas perdu. Ils se retrouvent face à une porte en verre dont la fermeture est bloquée par un cadavre, comme si le réseau mère l’avait privée de sa vie au moment où il avait voulu sortir. Enjambant le corps, ils finissent par pénétrer dans ce qui semble être une antichambre. Les cris viennent du centre de la pièce. Les deux Âmes s’approchent avec prudence, et découvrent, stupéfaites, un petit être humain qui se tortille dans une couveuse en poussant des cris. Au-dessus de lui, pointé vers sa tête, un bras robotique inerte, prêt à lui injecter une puce Hôte. Ise s’empresse de sortir une couverture et de blottir le bébé dedans. Puis elle le serre contre sa poitrine pour le calmer. Ned, de son côté, fait le tour de la pièce. Et découvre ce qu’il avait redouté… Tout autour de la salle sont positionnés en rond des robots de production humanoïdes. La faible lumière bleue de son aqualuze se reflète sur le ventre rond du robot le plus proche. À la place de la cuirasse en métal qui recouvre le reste du corps de la machine se trouve une gangue ronde, grosse comme un ballon. À l’intérieur repose un petit être en position fœtale. Ned extirpe délicatement le cocon transparent avec son habitant. Il ouvre la membrane lymphatique pour en sortir le bébé, mais celui-ci reste accroché par un cordon ombilical à l’être robotique. L’homme sort un couteau, et coupe le lien qui le relie à la machine, espérant qu’un cri retentisse… Silence. Le bébé est mort avec le monde, comme tous les autres présents dans ces ventres de substitution. Il jette un regard navré à Ise, qui pendant ce temps a fini de harnacher et de rassurer le petit survivant.

   Ils sortent du bâtiment avec bien plus de prudence qu’à leur arrivée. La lumière de la journée commence à diminuer annonçant la venue imminente de la nuit. Les deux Âmes décident de monter le camp sous le couvert d’une forêt. Le bébé s’est endormi après avoir tété le sein artificiel d’Ise. Il n’a pas l’air d’avoir souffert.
–   Que va-t-il advenir de lui ? dit Ise, une pointe de tristesse dans la voix.
Ned prit un temps de réflexion avant de répondre.
–   Il va grandir comme les autres enfants. Un jour, il apprendra ses origines matricielles, il apprendra que sa naissance non biologique ne l’empêche pas d’avoir des parents, il apprendra que nous n’avions pas le choix et que le sort de l’humanité ne tenait presque à rien.
–   Combien sont-ils comme lui à avoir survécu ?
–   Je ne sais pas. Il ne reste déjà plus beaucoup d’humains, alors des Aguèps comme lui…
Ned gratte la cicatrice qu’il a au-dessus de l’oreille gauche, là où se trouvait sa puce Hôte avant qu’il ne la fasse retirer par une spécialiste des Âmes. Lui aussi est inquiet du futur de ce petit être. Il caresse doucement la tête blonde du bébé emmailloté dans la couverture. Enfin, il sort un collier sur lequel se balance un pendentif en forme de demi-lune, et le glisse autour de la tête du nourrisson. Avec des yeux tendres, il le regarde et soupire quelques mots :
–   Un grand destin t’attend.

Catégories : Texte

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.